Ma motivation pour la course et le vélo est arrivée tardivement. L’élément déclencheur a été une prise de conscience après une visite annuelle chez mon médecin qui m’annonçait que mes plus récents résultats d’analyses sanguines étaient inquiétants. Ayant bien pris soin de m’expliquer où mène trop souvent ce genre de résultats chez les personnes dans ma situation (homme sédentaire en surpoids) qui arrivent en fin de quarantaine ou dans la cinquantaine, il m’a fortement encouragé à être plus actif et à changer mes habitudes alimentaires et mon mode de vie en général. Ce n’était pas la première fois qu’il me faisait ces recommandations, mais cette fois-ci, en voyant la constellation d’astérisques (qui indiquent les valeurs hors normes) sur mon rapport de laboratoire, je me suis dit que quelque chose devait changer.

Demi Santa-Monica

Demi Santa-Monica

Je me suis questionné pendant plusieurs semaines sur comment y arriver. Je me suis d’abord inscrit au gym pour brûler des calories en faisant de l’elliptique et de la musculation. Après quelques semaines (et plusieurs kilos en moins), j’ai décidé d’ajouter la course à pied à mes activités physiques. Au début, c’était principalement par commodité que j’ai choisi de courir, parce que c’était plus rapide d’enfiler mes chaussures et de sortir courir que de conduire jusqu’au gym. Mon seul objectif était d’être actif, continuer à brûler les calories et perdre le surpoids accumulé au fil des années. Puis (à ma surprise et celle des gens qui me connaissent), j’ai commencé à vraiment apprécier ces sorties. Je me suis inscrit à quelques courses locales, de plus en plus longues au fil des mois (3 km, 5 km, 10 km et plus). Même si en général j’arrive à me motiver assez facilement lorsque j’aime faire quelque chose, les jours où les entraînements sont plus difficiles, j’essaie encore de me rappeler pourquoi j’ai commencé à courir au départ et surtout combien j’étais fier de terminer mes premiers 5 km, 10 km, 21,1 km, etc.

Duathlon Esprit

Duathlon Esprit

En partie grâce aux voyages que mon travail m’amenait à faire (la vie était complètement folle avant la COVID-19) j’ai participé à des demi-marathons dans des endroits magnifiques comme la Californie et l’Utah. Quelle sensation incroyable que de courir 21km sur une plage de Santa-Monica au début janvier ou en admirant les paysages à couper le souffle de l’Utah, en mars.

Maintenant que mon poids et mes résultats de laboratoire sont sous contrôle, je m’entraîne plus sérieusement avec un club de triathlon à Montréal (le club Triomphe avec mon entraîneur Pierre Thiffault). J’aime beaucoup combiner le vélo et la course à pied, et l’entraînement en croisé en général. Je n’aurais jamais pu rêver participer à une course organisée, peu importe la distance, il y a quelques années à peine. Maintenant je m’entraîne pour courir mon premier marathon complet et peut être un Ironman!

Partager

Si vous aimez partagez-le!