Marche Rapide…. Technique de base.

Marche Rapide…. Technique de base.

Comme mentionné lors de mon dernier topo, la marche rapide a sa propre technique. Voici ce qu’il faut retenir : 2 choses principales diffèrent de la course ou de notre démarche conventionnelle.

    1- Contrairement à la course qui a comme patron les jambes, en marche rapide, ce sont les bras et son mouvement qui mènent tout.

    2- Et contrairement à la course ou l’on suggère une attaque du sol avec le dessous ou une grande partie du dessous du pied à la marche rapide, c’est une ‘’attaque du talon’’ qui est
    privilégiée. De cette façon, un déroulé complet du pied nous permet de transférer complètement notre poids ce qui nous propulse naturellement vers l’avant de manière plus rapide avec le
    moindre d’effort possible.

Donc, en gardant une position bien droite avec notre regard dirigé vers l’horizon, nous gardons nos bras le plus près possible de notre corps en ayant ceux-ci dans un angle parfait de 90 degrés. En balançant vos bras en GARDANT EN TOUT TEMPS L’ANGLE DE 90 DEGRÉS AUTANT VERS L’ARRIERE QUE VERS L’AVANT, vous sentirez déjà une amélioration sur votre propulsion et vitesse.

Truc : J’appelle ce mouvement : Poche-Poitrine… Nos bras, en gardant l’angle de 90 degrés se dirige vers l’arrière comme si vous mettez votre portefeuille dans votre poche arrière de pantalon et revient vers l’avant à la hauteur de votre poitrine, pas plus.

Maintenant les jambes : Ne cherchez à allonger votre foulée pour prendre de la vitesse. Ce serait inutile et surtout dangereux pour dénaturer votre mouvement et risquer de vous blesser. Vous vous assurez de bien déposer le talon et ressentez votre pied se dérouler complètement.

IMPORTANT : En utilisant le talon comme contact premier, vous allez solliciter un muscle sur votre tibia qui s’appelle la pérostite tibiale. C’est l’enveloppe de votre muscle situé directement sur votre tibia. Cette partie de notre jambe est peu sollicité habituellement et au début, il serait normal de ressentir un inconfort voire une douleur. Arrêtez pendant un long moment et reprenez moins agressivement et surtout diminué grandement votre vitesse. Ce muscle est entrain de vous dire qu’il existe et qu’il demande une période d’adaptation.

Pendant votre sortie, respirez bien par la bouche et les narines et surtout, gardez une position bien droite pour améliorer l’entrée d’oxygène à vos poumons.

J’inclus à ces informations un court vidéo (en anglais par contre) sur la différence de foulée entre la marche rapide et la marche athlétique. L’homme (sur la vidéo) est un marcheur rapide et la femme est une marcheuse athlétique… Vous serez à bel de voir le genou plié en tout temps de notre marcheur en attaque du sol versus la jambe complètement droite de la dame lors de la même action. Lors de mon prochain topo, on s’amusera à décortiquer la marche athlétique. D’ici-là, Marche Donc! Walk on!

https://youtu.be/cVkXYYtKFew